Arthur Léonard : graine d’artiste

Arthur est un jeune brondillant de 21 ans qui évolue, à la pointe de ses stylos, dans un univers à la fois sombre et graphique.

Dans la famille Léonard, la pratique du dessin ne date pas d’hier : le grand-père est dessinateur industriel, l’oncle architecte et la tante dessinatrice d’animation. Autant dire que, dès sa naissance, Arthur avait quand même plus de chance de finir dessinateur que caissier chez Leroy Merlin.

S’il lui est plutôt difficile de se positionner dans un courant artistique, Arthur s’identifie tout de même au Street art, dont il reprend les lignes épurées, mais également au Lowbrow.  Adepte hors pair du Black & White, Arthur travaille les formes et les traits en jouant sur les contrastes pour faire apparaître un détail, un œil, un visage. Auparavant, inséparable de ses Poscas noirs et de ses stylos Bic, la couleur n’est entrée que très récemment dans son travail. Arthur découvre la peinture et prend alors conscience des possibilités infinies qu’offrent la couleur et ses mélanges. La matière devient une arme de création massive et toute substance est bonne à prendre, tant que « ça dégage une couleur qu’on puisse matérialiser sur un support ».

  13879177_10210559153592797_5246538638370587588_n

14940057_10210559157072884_5911182086834685997_o

Des inspirations multiples et une envie de choquer le monde

Plutôt autodidacte, Arthur n’a jamais réellement pris de cours de dessin et n’a fréquenté l’École Émile-Cohl que quelques mois, parce que la théorie c’est bien, mais la pratique libre, c’est quand même mieux !

Il puise son inspiration dans les univers atypiques et délurés de Jeff Koons, Salvador Dali, Jackon Pollock ou encore Pierre Soulages. Le metteur en scène John Watters et sa muse Divine le fascinent, tout comme la noirceur des textes d’Antonin Artaud. Le point commun entre tous ces génies dérangés ? La provoc ! Sur ce point là, Arthur est radical : « A partir du moment où tu te lances dans quelque chose d’artistique, il ne faut pas y aller à reculons, il faut clairement se jeter dedans et provoquer des réactions ! »

Le dessin c’est aussi un peu comme une séance de psy. Arthur balance ses émotions sur des feuilles immaculées et exorcise ainsi ses vices et ses complexes. Il espère offrir au monde ses créations, sa vision et laisser une trace de son passage sur terre.

14595798_10210559157832903_4822247849006433088_n14632850_10210559154192812_8170154593896610779_n14884470_10210559096991382_7806419096377680946_oimg_1900

14595814_10210559159872954_1850858829150245168_n

img_1905

Quentin G.

Publicités

4 réflexions sur “Arthur Léonard : graine d’artiste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s